Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | jeudi 21 septembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Société Ma vie en Algérie La femme algérienne n’a pas de style !

Société > Ma vie en Algérie

Publié mercredi 22 février 2017 15:23 2795 Lectures

Les femmes à la pointe du combat en faveur de l’alphabétisation

Imprimer

Les femmes sont une force vive de la nation sur laquelle n’hésitent pas à s’appuyer l’Etat comme la société civile, notamment quand il s’agit d’éradiquer un facteur fort de retard dans le développement du pays.

L’analphabétisme, le fait de ne pas maîtriser les bases de la lecture et de l’écriture à un âge où cela devrait être acquis, est l’une de ces batailles en passe d’être gagnée par les femmes.

On partait de loin
A l’indépendance, le taux d’analphabétisation approchait les 90 %, hommes et femmes confondus. Le défi était énorme, à la mesure du pays, de sa population jeune et dynamique, avide de progrès.


L’Etat algérien a alors pris le problème à bras le corps, en s’appuyant sr un office créé spécialement pour cette tâche, l’Office National d’Alphabétisation et d’enseignement pour adultes (ONAEA). C’est sur cette entité ainsi que sur la société civile que le travail d’alphabétisation a débuté dans les années soixante.

Les femmes, fer de lance de l’alphabétisation
C’est sur les femmes et les jeunes filles que s’est d’abord porté l’effort, notamment dans les zones rurales, afin qu’elles jouent le rôle de relais au sein de leur communauté et de leur famille. Un pari gagnant !


Aujourd’hui la courbe de l’alphabétisation s’est inversée : 90 % des Algériens sont alphabétisés, notamment grâce aux femmes qui ont donné l’exemple. Elles sont présentes à tout niveau de responsabilité, tant le secteur privé que public et entrainent dans cette évolution toute la société algérienne.

L’éducation, facteur de développement
Grâce à cette amélioration du niveau d’éducation, l’Algérie peut prétendre à un avenir meilleur pour sa jeunesse qui a les outils nécessaires pour entreprendre et réaliser leurs rêves.
Il n’y a plus de postes, de positions que les femmes ne soient pas en droit de convoiter : elles sont ministres, députées, cheffes d’entreprise…et ce n’est que le début.

Sonya