Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mercredi 20 septembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion

Société > Culture

Publié dimanche 7 novembre 2010 20:15 2856 Lectures

Un film contre les violences faites aux femmes

Imprimer
AVANT-PREMIÈRE ALGÉRIENNE DE KHOUYA

C’est devant une salle Ibn Zeydoun comble, partagée entre officiels, familles et proches, que le jeune Yanis Koussim présenta son dernier court métrage.
Après le Festival de Cannes où il a été présenté dans la section Short film, puis Locarno, au mois d’août dernier, où il avait remporté le prix Cinema e Gioventù (Cinéma et jeunesse) pour la section internationale, ensuite récemment aux JCC où il a obtenu une bourse d’écriture au nom symbolique de Sotigui Kouyaté d’une valeur de 10.000 euros, le court métrage Khouya, le tout nouveau de Yanis Koussim, devait enfin être vu et présenté en avant-première à Alger. Celle-ci fut en effet grandiose puisque son producteur Malek Ali-Yahia directeur de MD-Ciné a vu les choses en grand. La salle Ibn Zeydoun était pleine de monde entre représentants diplomatiques, journalistes et personnalités du monde du cinéma et de l’audiovisuel.

Cette soirée fut rehaussée, par la présence de la ministre de la Culture, Khalida Toumi, accompagnée de Zhira Yahi, sa chef de cabinet et porte-parle du ministère, ainsi que Ahmed Bedjaoui consultant cinéma, sans oublier le père du producteur qui n’est autre que Ali Yahia, Abdenour, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, des militantes et représentantes d’associations contre les violences faites aux femmes, des représentants de l’ambassade de France et des Nations unies, etc. En somme, que du beau monde pour donner du poids et du crédit à un sujet cinématographique tiré, hélas! du réel et que d’aucuns vivent au quotidien, comme l’a si bien rappelé le réalisateur du haut de sa tribune. Deuxième court métrage d’une trilogie, Khouya mêle, en effet, drame à la fiction en s’inspirant d’un fait divers qui continue à faire l’actualité. Yanis Koussim, très ému, fera aussi monter sur la scène Ibn Zeydoun les principaux acteurs de son film de 20 mn, à savoir Salima Abada, Nabil Asli, sa petite soeur Yasmine et autres membres de l’équipe technique, le reste des comédiens étant absents. Notons que cette projection s’est déroulée en présence de sa famille, père, mère, grand-mère et autre proches et amis venus le soutenir et l’encourager dans son combat et sa passion pour le cinéma. Khouya est l’histoire de trois soeurs et une mère interprétées respectivement par Samia Meziane, Salima Abada et Ania Louyanchi et bien entendu la grande comédienne Sonia dans le rôle de la mère. Trois soeurs et une mère donc dans la prisme de la violence du grand-frère qui impose son diktat à la famille jusqu’au jour fatidique. Un film poignant qui touche du doigt un tabou social national mais aussi bien universel, filmé avec justesse, et sans grand fracas mélodramatique.

La dernière séquence peut déranger, voire choquer. Et c’est normal, sans être un documentaire, le film décrit des souffrances «qui, à trop tirer sur la corde, aboutissent à une fatalité». C’est parce que la réalité dépasse parfois la fiction que ce film dénonciateur mérite d’exister. S’en offusquer est feindre de ne pas voir la réalité telle qu’elle est dépeinte. Avec vérité. Un film utile donc, car nous mettant en défi face à notre propre capacité à admettre ce tragique-là. Il suffit seulement d’ouvrir les yeux. Cela se passe juste à côté...En dépit du noir tableau brossé, le désir de vie y règne comme une belle fleur de lilas qui naît à l’orée du printemps, comme une mélodie qui étend ses rayons de soleil pour un lendemain enchanteur... et c’est pourquoi le producteur l’a-t-il proposé aux associations, si besoin est, afin de servir de catalyseur ou d’instrument de sensibilisation auprès des femmes.

Il n’omettra pas non plus, en s’adressant à la ministre de la Culture de demander d’aider davantage nos jeunes cinéastes en citant les noms de plusieurs jeunes et talentueux réalisateurs, à l’instar de Yasmine Chouikh, Abdenour Zahzah récemment distingué au Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier pour son court métrage Garagouz, Khaled Benaïssa, et bien entendu Yanis Koussim, sans oublier pour notre part, Mounès Khemmar qui vient d’être récompensé du Prix du meilleur court métrage au Festival d’Abou Dhabi pour son touchant film Le Dernier passager. «Merci de faire encore et toujours pour les jeunes cinéastes. Donnez-leur les moyens et ils changeront le monde», a-t-il dit.

Source : madmoizelle