Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 21 novembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Santé Santé pratique Vinaigre de cidre : des bienfaits santé et beauté

Santé > Santé pratique

Publié jeudi 19 janvier 2017 09:18 1579 Lectures

Santé : au secours, mon mari fume !

Imprimer

Beaucoup de familles (des épouses, des mamans, des enfants…) souffrent au quotidien de la forte tabagie de leur époux, frère ou père.

Comment concilier vie de famille et tabagie, comment faire cohabiter fumeurs et non fumeurs ? Voici quelques pistes !

 

Un gros fumeur à la maison, c’est beaucoup de désagréments

Les plaintes des non- fumeurs à l’égard des fumeurs sont nombreuses et variées :

Certaines tiennent à l’espace de vie partagé :

-cela sent mauvais, très mauvais et en plus l’odeur s’imprègne dans les textiles et les voilages. C’est toute la maison qui sent le tabac froid.

-le fumeur dérange avec sa cigarette à toute heure et à tout moment de la journée : dès le matin au réveil, tard le soir…on est obligés d’ouvrir les fenêtres régulièrement, même lorsqu’il fait froid pour évacuer fumées et mauvaises odeurs.

Certaines tiennent au fumeur lui- même :

-il a les dents et les doigts jaunis par la fumée

-il a mauvaise haleine

-il est de très mauvaise humeur tant qu’il n’a pas fumé et malheur s’il ne lui en reste plus !

Enfin certaines plaintes tiennent aux conséquences sur la santé des personnes qui entourent le fumeur :

-on a les yeux et la gorge qui piquent

-on devient fumeur passif : on inhale la fumée sans la rejeter ; elle pénètre ainsi au fond des poumons sans en ressortir, ce qui nuit gravement à notre santé puisqu’il est prouvé que cela provoque de graves maladies dont le cancer du poumon pour ne citer que la plus connue.

 

Les non- fumeurs ne peuvent plus supporter cette constante pollution plus longtemps ! Il faut donc établir des règles de cohabitation au plus vite.

 

Quelques règles de vie simples

De plus en plus de pays interdisent la cigarette dans les lieux publics, parce que le fumeur salit son environnement (avec les mégots qu’il jette n’importe où) et intoxique des personnes qui ont choisi  de ne pas fumer. C’est entre autres le cas de personnes sensibles comme les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes, les asthmatiques, les malades chroniques…

Si on peut le faire à l’échelle d’un pays, pourquoi ne pourrait- on pas le faire à l’échelle d’un foyer ? Il suffit que chacun y mette du sien, à commencer bien sûr par le fumeur qui doit comprendre qu’il fait du mal à son entourage.

Il détériore la santé et l’environnement de personnes qui lui sont chères et il doit donc réagir.

Alors il doit adapter quelques comportements simples :

-S’il ne peut s’empêcher de griller cigarette sur cigarette, il le fait à la fenêtre ou sur le balcon, ainsi il ne polluera pas l’air ambiant de l’habitation.

-Il ne fait pas subir sa mauvaise humeur à tous parce qu’il n’a plus de cigarettes et va lui- même en chercher s’il en a absolument besoin.

-Il s’engage à prendre quelques mesures d’hygiène buco- dentaire pour que vivre avec lui reste agréable, notamment pour sa femme et ses enfants. Donc brossage de dents et lavage des mains très réguliers, mâchouillage de chewing- gum à la menthe aussi.

Vous pensez qu’il n’acceptera pas ces changements ? Si vous lui expliquez quelles sont les conséquences de sa tabagie sur votre santé et celle de vos enfants, il acceptera sans doute de prendre sur lui et de faire des efforts. De plus en plus d’hommes comprennent, grâce aux médias, quels sont les enjeux de leur tabagie sur leur famille. Alors pourquoi pas lui ?

 

Sonya