Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 21 novembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Santé Santé de la femme « Condor Electronics »Soutient la lutte contre le cancer du sein « Octobre Rose »

Santé > Santé de la femme

Publié mercredi 14 septembre 2016 10:48 3297 Lectures

Stérilité en Algérie : recours aux médecines parallèles

Imprimer

Lorsqu’on se marie, il est dans la logique des choses de vouloir avoir des enfants.

 

En Algérie, de nombreux couples ne veulent pas trop attendre pour en concevoir et si les tentatives répétées se soldent par un échec, autant dire que c’est un véritable cataclysme qui s’abat sur le couple et sur toute la famille.

On ne s’imagine pas stérile, c’est une idée qui est rejetée, réfutée. Mais lorsque la réalité est bel et bien là, l’anathème est souvent jeté sur la femme avant même que les bilans médicaux ne viennent à le confirmer ou l’infirmer. Consulter un spécialiste, dans ce cas, devient une démarche nécessaire voire salutaire même si elle est souvent difficile lorsque l’homme est mis en cause et qu’il se voit, lui aussi, contraint de se soumettre aux analyses et autres consultations pour soigner sa stérilité.

La médecine parallèle et la stérilité

Les femmes souffrant de stérilité ne renoncent jamais à leur désir de maternité, un instinct qui sommeille en elles. Et si, par malheur, la science se montre impuissante pour les aider à procréer, elles se tournent sans hésitation vers la médecine parallèle. Il existe en Algérie, plusieurs guérisseuses et guérisseurs qui proposent des soins traditionnels ou des potions afin d’aider la femme à tomber enceinte.

Parmi les méthodes répandues et à laquelle les femmes accordent beaucoup de crédit, le « Dlik ». Les femmes pratiquant le massage avancent, en effet, des résultats probants dans les deux voire trois mois suivant cet acte. Généralement, cela arrive après trois séances de dlik. La médecine rejette en bloc l’existence d’une cause à effet, pourtant, celles qui tombent enceinte grâce à cette méthode parlent tout simplement de miracle.

Il existe néanmoins d’autres méthodes, comme, par exemple, les solutions phytothérapeutiques. En effet, d’aucunes fondent également beaucoup d’espoirs dans les plantes médicinales, n’hésitant pas à aller de wilaya en wilaya pour se faire consulter par les meilleurs. A titre d’exemple, il n’y a qu’à voir l’engouement suscité par le centre de médecine Al Hashimi, installé depuis quelques années à Bab-Ezzouar pour mieux comprendre. 

 

Kamir B.