Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | lundi 11 décembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Psycho La vie au travail Le savoir-vivre au travail

psycho > La vie au travail

Publié mardi 13 décembre 2011 19:50 2682 Lectures

Travail de nuit : Les femmes interdites de sortir

Imprimer
Hormis quelques secteurs comme le corps médical, la radio et la télévision, les femmes ne peuvent  être recrutées pour le travail d’équipe (3x8) adopté par la majorité des entreprises économiques.

La superficialité avec laquelle la question de la promotion de la femme est traitée n’est pas à démontrer. Elle s’apparente aussi à des manœuvres conjoncturelles visant à faire oublier l’essentiel des revendications et à donner à l’extérieur l’image d’un pays ouvert. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, on accorde aux femmes des quotas plus importants sur le plan de la représentativité politique, mais on leur bloque l’accès au monde du travail. A quoi servirait une APN féminisée si les électrices censées choisir leurs représentantes n’ont même pas le droit de disposer d’elles-mêmes. La femme risque aujourd’hui d’obtenir une promotion de façade, puisqu’elle ne dispose même pas des mêmes chances pour obtenir un poste de travail.

Le travail de nuit est toujours interdit aux femmes en Algérie. Hormis les quelques secteurs d’activité qui font exception  comme c’est le cas pour le corps médical, la radio et la télévision, elles ne peuvent être recrutées pour le travail d’équipe (3x8) adopté par la majorité des entreprises économiques qui ont des capacités appréciables de recrutement. A l’origine, ce texte a été élaboré en Europe pour renforcer les mesures de protection des femmes et des enfants de l’exploitation pratiquée par les industriels. Une convention internationale ratifiée par l’Algérie préconise aujourd’hui l’adaptation de ce texte conformément aux mutations qu’ont connues les sociétés. En Algérie, ce texte de loi est explicite pour les recruteurs : il est interdit d’employer des femmes pour le travail nocturne sans une dérogation spéciale de l’inspection du Travail.

«Imaginons un patron d’entreprise courir derrière la paperasse nécessaire à chaque fois qu’une femme doit être recrutée pour cette tranche horaire.»  Si les ouvrières manifestent peu de frustration concernant cette disposition, les diplômées, elles, crient à l’exclusion. «C’est une exclusion déguisée du marché du travail», comme le voit le collectif des chômeurs. Les diplômées des filières industrielles, ingénieurs, techniciennes et titulaires de DEUA, n’ont aucune chance un jour de décrocher le travail pour lequel elles ont trimé des années à la fac.

Extrait : elwatan.com