Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | jeudi 21 septembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Mode Les tendances Soldes d’hiver 2017 : à vos portes-monnaies

Mode > Les tendances

Publié samedi 1 avril 2017 11:51 2343 Lectures

Tenue d’intérieur : 5 raisons de porter la djeba

Imprimer

Le mode de vie des Algériens et notamment des Algériennes s’occidentalise de plus en plus ; cela se voit dans leur façon de manger (fast-food), dans leur façon de consommer (beaucoup), mais aussi dans leur façon de s’habiller.


Les tenues traditionnelles algériennes sont abandonnées au profit de vêtements plus tendance, mais moins identifiés comme étant algériens.  

D’autres temps, de nouvelles références

Autrefois pour être à l’aise et détendues à la maison, les Algériennes plébiscitaient la djeba, cette longue robe droite et ample qui leur permettait d’accomplir toutes leurs tâches ménagères, confortablement, tout en étant élégantes.

Aujourd’hui de plus en plus les jeunes femmes préfèrent les pyjamas et autres joggings d’intérieurs, influencées qu’elles sont par des modèles de femmes occidentales qu’elles voient à la télévision ou sur internet.

Mais alors est-ce la mort de la bonne vieille djeba algérienne ? Non ! Et pour 5 raisons :

1-Elle appartient à notre identité algérienne, à nos traditions, et l’on sait que chez nous les traditions sont profondément ancrées dans nos cœurs mais aussi dans notre quotidien.

2-Les filles des villes ne sont pas les filles des campagnes : dans les zones rurales, qui sont quand même la grande majorité dans notre pays, les femmes continuent à porter fièrement la djeba tous les jours, comme l’ont toujours fait leur mère et leur grand- mère.

3-Les Algériennes ne vont pas abandonner un vêtement si pratique alors que jusqu’à maintenant on n’a pas fait mieux pour faire son ménage (une activité à laquelle nous donnons beaucoup d’importance): elle est ample et ne gêne pas nos mouvements quand nous passons notre balai par exemple.

4-Et puis elle est tout de même bien jolie notre djeba : faite dans de jolis tissus, avec des rubans, des strass, des perles…tout ce que l’on veut. La djeba reste un formidable terrain de jeu pour exprimer sa créativité. On peut tout imaginer ce qui nous permet de recréer à volonté ce vêtement qui nous accompagne à la maison comme dans les plus belles fêtes.

5-Enfin, et cet argument n’est pas des moindres, la djeba permet aux plus rondes d’entre nous de s’habiller avec élégance. On peut se faire faire sa djeba à la taille voulue, avec un beau tissu, de jolis accessoires décoratifs, et le tour est joué ! A l’heure où la mode est standardisée, où toutes les femmes se ressemblent, où les rondes se sentent souvent exclues des tendances de la mode, cela fait du bien de se dire qu’il existe encore des vêtements susceptibles de nous rendre belles.

Donc non, la djeba n’est pas ringarde, c’est notre identité, et c’est surtout « le » vêtement qui les rend belles parce qu’il s’adapte à leurs formes souvent généreuses, ce que ne font pas les marques internationales du prêt à porter qui s’entêtent à vouloir habiller une femme filiforme et standardisée qui n’existe pas.

Sonya

 

 Tenue d’intérieur : 5 raisons de porter la djeba

 

Le mode de vie des Algériens et notamment des Algériennes s’occidentalise de plus en plus ; cela se voit dans leur façon de manger (fast-food), dans leur façon de consommer (beaucoup), mais aussi dans leur façon de s’habiller. Les tenues traditionnelles algériennes sont abandonnées au profit de vêtements plus tendance, mais moins identifiés comme étant algériens. 

 

D’autres temps, de nouvelles références

Autrefois pour être à l’aise et détendues à la maison, les Algériennes plébiscitaient la djeba, cette longue robe droite et ample qui leur permettait d’accomplir toutes leurs tâches ménagères, confortablement, tout en étant élégantes.

Aujourd’hui de plus en plus les jeunes femmes préfèrent les pyjamas et autres joggings d’intérieurs, influencées qu’elles sont par des modèles de femmes occidentales qu’elles voient à la télévision ou sur internet.

Mais alors est-ce la mort de la bonne vieille djeba algérienne ? Non ! Et pour 5 raisons :

1-Elle appartient à notre identité algérienne, à nos traditions, et l’on sait que chez nous les traditions sont profondément ancrées dans nos cœurs mais aussi dans notre quotidien.

2-Les filles des villes ne sont pas les filles des campagnes : dans les zones rurales, qui sont quand même la grande majorité dans notre pays, les femmes continuent à porter fièrement la djeba tous les jours, comme l’ont toujours fait leur mère et leur grand- mère.

3-Les Algériennes ne vont pas abandonner un vêtement si pratique alors que jusqu’à maintenant on n’a pas fait mieux pour faire son ménage (une activité à laquelle nous donnons beaucoup d’importance): elle est ample et ne gêne pas nos mouvements quand nous passons notre balai par exemple.

4-Et puis elle est tout de même bien jolie notre djeba : faite dans de jolis tissus, avec des rubans, des strass, des perles…tout ce que l’on veut. La djeba reste un formidable terrain de jeu pour exprimer sa créativité. On peut tout imaginer ce qui nous permet de recréer à volonté ce vêtement qui nous accompagne à la maison comme dans les plus belles fêtes.

5-Enfin, et cet argument n’est pas des moindres, la djeba permet aux plus rondes d’entre nous de s’habiller avec élégance. On peut se faire faire sa djeba à la taille voulue, avec un beau tissu, de jolis accessoires décoratifs, et le tour est joué ! A l’heure où la mode est standardisée, où toutes les femmes se ressemblent, où les rondes se sentent souvent exclues des tendances de la mode, cela fait du bien de se dire qu’il existe encore des vêtements susceptibles de nous rendre belles.

Donc non, la djeba n’est pas ringarde, c’est notre identité, et c’est surtout « le » vêtement qui les rend belles parce qu’il s’adapte à leurs formes souvent généreuses, ce que ne font pas les marques internationales du prêt à porter qui s’entêtent à vouloir habiller une femme filiforme et standardisée qui n’existe pas.

Sonya