Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 21 novembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Mariage Tenues traditionnelles Le burnous algérien : Entre tradition et modernité

Mariage > Tenues traditionnelles

Publié lundi 8 septembre 2014 13:43 5470 Lectures

Le burnous algérien : Entre tradition et modernité

Imprimer

Porté aussi bien par les hommes que par les femmes, le burnous est un vêtement traditionnel très typique en Algérie, au Maghreb et dans d’autres pays.


Désigné sous différentes appellations (barnous, avernus, aâlaw, louabri…), le burnous est porté depuis des millénaires notamment dans les régions montagneuses pour préserver du froid glacial qui y sévit en saison hivernale. Mais il n’est pas porté uniquement pour prémunir du froid ou pour cacher la misère comme c’était le cas durant la période coloniale, c’est aussi un vêtement de gala, porté lors de cérémonies ou de fêtes de mariage sauf que celui-ci est différent car plus ample et ressemblant à une longue cape.

Le burnous et ses variantes

Le burnous, réalisé en poils de mouton, de brebis ou de chameau est un long manteau avec une capuche et sans manches.

Qu’il soit noir, blanc, beige ou marron -ses couleurs habituelles-, le burnous est réalisé dans différents modèles selon la région dont il est originaire. Ainsi, le burnous noir dit Maâscari, est une spécialité de la ville de Mascara, alors que le burnous marron à poils de dromadaire, dit louabri, léger et d'une extrême finesse, est une spécialité exclusive de l'oasis de Messaad, dans le sud-est de Djelfa. Il est également prisé dans tout l'Atlas saharien, notamment dans les monts des Ouled Naïl et des Amours, où sont répandus les ateliers de confection de ce vêtement traditionnel depuis des siècles et continuent à être maintenus en vie grâce à des tisseuses traditionnelles qui se transmettent les secrets de tissage de génération en génération.

Dans la région de Kabylie, le burnous est essentiellement réalisé à base de laine de mouton ou de brebis et est également l’apanage de femmes au foyer. Souvent de couleur blanche, il peut être de couleur marron. Porté par les hommes, les femmes arborent également un habit du même genre mais différent car confectionné en coton.

Le burnous porté ailleurs

Selon les historiens, le burnous est un habit d’origine berbère, citant en cela Ibn Khaldoun qui écrivait : « les Amazigh ou les Berbères ont le crâne rasé portent des burnous et mangent le couscous ». D’autres soutiennent que le burnous aurait une origine romaine et que c'est la cape de ces derniers qui en aurait inspiré la coupe. Cependant, ce vêtement a été adopté par d’autres populations et a été introduit dans d’autres sociétés avec des variantes, dans la matière première entrant dans sa confection.

Ainsi, des rois Mamelouks d’Egypte, aux Spahis algériens, en passant par les grecques dont le burnous est une courte capote à capuchon ou les Espagnols, il aura réussi à s’introduire à travers tout le bassin méditerranéen. D’ailleurs, concernant la péninsule ibérique, le burnous aurait été en usage à l’époque d’Al-Andalus. Le lexicographe Sebastián de Covarrubias en fait la description dans son ouvrage « Tesoro de la lengua castellana o española » (Trésors de la langue castillane ou espagnole), publié en 1611 : « C'est un manteau fermé, garni d'un capuchon, et qu'on porte en voyage ».

Quant aux Turcs, ils vouèrent une grande admiration au burnous qu’ils porteront avec déférence, quant au Dey et ses officiers, ils procédaient aux investitures de hauts fonctionnaires en les revêtant du « burnous d'honneur ».

Le burnous, toute une symbolique

Outre son aspect pratique, le burnous revêt toute une symbolique. Il est en effet, synonyme de paix et de pureté. Dans les cérémonies de mariage, le jeune marié ou sa dulcinée le portent avec fierté et élégance, d’ailleurs, il effectue un grand retour, défiant le vent de modernité.

Kamir B.