Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | samedi 15 août 2020

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Mariage Les préparatifs Tesdira de la mariée : entre confection, achat et location

Mariage > Les préparatifs

Publié jeudi 20 novembre 2014 09:58 3050 Lectures

Tesdira de la mariée : entre confection, achat et location

Imprimer

Princesse d’un jour, la mariée algérienne ne lésine pas sur les moyens pour ravir tous les regards.


Les préparatifs d’une cérémonie de mariage reviennent chers. Entre la location de la salle, les commandes de gâteaux, de boissons, l’orchestre, le photographe mais surtout le trousseau et les toilettes de la mariée, la dépense atteint des sommets souvent très vertigineux, de l’ordre des dizaines de millions de centimes. Si beaucoup de familles vont jusqu’à s’endetter pour honorer les traditions mais surtout combler le bonheur de leur enfant, d’autres préfèrent faire preuve de bon sens et de parcimonie en limitant les frais et en économisant sur ce qui peut l’être, dont la fameuse tesdira.

La tesdira ou le défilé de la mariée


Lors d’une fête de mariage, le défilé de la mariée est attendu par toutes les invitées. Ces dernières  s’empressent pour prendre place au plus près de la scène qui lui est réservée afin de pouvoir l’admirer et scruter ses tenues sous toutes les coutures. Et lorsque la mariée fait enfin son entrée dans la salle parmi les convives, les critiques –bonnes ou mauvaises- vont bon train.


Généralement, la mariée prépare sept tenues, une pour chaque jour de la semaine. Outre la robe blanche, le tailleur, porté pour sbouh laâroussa et la robe de soirées ou robe de fiançailles, le reste de la tesdira  est constitué de tenues traditionnelles, représentant les différentes régions du pays, à savoir le caraco, le bedroun ou le kouiyet algérois, la robe kabyle, la gandoura constantinoise, le caftan tlemcenien, la mlehfa chaouie ou la djeba oranaise. Si certaines tenues sont confectionnées par une couturière chevronnées, d’autres sont achetées en magasin. Il existe aujourd’hui, un grand choix de modèles en vente et à tous les prix et nombreuses sont les futures mariées qui optent pour cette solution pour éviter la perte de temps  entre l’achat du tissu, la quête de la couturière et les différentes séances d’essayage.

Louer la tesdira, l’autre solution


Ces derniers temps, on assiste à une autre mode : celle de la location des robes de la tesdira. Si, il y a quelques années, cela s’appliquait uniquement à la robe blanche car on ne voyait l’utilité d’en acheter une alors qu’on n’allait plus la porter, aujourd’hui, ce sont toutes les tenues portées lors de ce fameux jour qui peuvent être louées. La raison ? Ne pas dépenser des sommes faramineuses pour des robes qui risquent de ne plus être à notre taille plus tard ou être passées de mode. Ceci, mis à part, certaines tenues traditionnelles qui, pour certaines, continuent à faire partie du trousseau.

L’atout prix…

Les raisons invoquées plus haut ne sont pas les seules motivations, il y a aussi l’atout prix. En effet, louer une robe revient beaucoup moins cher que l’acheter en magasin ou la confectionner sur mesure. Et puisque le choix existe, pourquoi se compliquer l’existence ?


Que ce soit en ligne, en magasin, à travers des réseaux spécialisés ou le bouche à oreille, cette offre de service qui s’est généralisée à travers tout le pays, permet aux mariées qui optent pour cette solution de trouver un choix considérable de modèles, pouvant satisfaire les goûts les plus éclectiques mais aussi convenir aux différentes bourses.


Les prix sont très variables. Par exemple, les robes de soirées sont louées entre 3500 DA, 4000 DA voire même un peu plus pour une journée, tandis que les robes kabyles ou berbères sont louées à partir 4000 DA voire plus lorsqu’elles sont accompagnées de tous les accessoires (foulard, fouta ou même bijoux en argent). Pour le kaftan, il faut compter un peu plus (à partir de 5000 DA jusqu’à 8000 DA lorsqu’il est richement travaillé), quant aux Caraco, et bedroune, ils sont cédés pour la journée à des prix oscillant entre 5000 jusqu’à 7000 DA avec la fouta. Les mariées peuvent également louer la chaussure (à partir de 1200 voire 1500 DA), les pochettes (entre 600 et 800 DA) et même les coussins (600 DA la paire).


Kamir B.