Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 26 septembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Maman Puberté et Adolescence Les problèmes de l'adolescence

Maman > Ado 14-18ans

Publié mardi 2 novembre 2010 09:25 6807 Lectures

Les problèmes de l'adolescence

Imprimer

A l’adolescence, tout change - ou beaucoup de choses, au niveau du corps comme de la tête. Cette période peut être difficile pour le jeune, comme pour les parents.

 

Des situations critiques

Les principaux changements sont liés à la puberté. Celle-ci se caractérise par un développement des organes génitaux, une forte croissance (en début de puberté, un garçon peut grandir d'un centimètre sur un mois !), une pilosité se développant à certains endroits du corps... le tout en relation avec des modifications des sécrétions hormonales.
A coté de ces aspects physiques, les composantes psychologiques sont tout aussi importantes. De ce point de vue, les changements sont importants, et en l'espace de quelques mois, l'enfant comme son entourage doivent se "familiariser" avec ces évolutions. Dans un certain nombre de cas, des problèmes surviennent, et un mal-être chez l'adolescent peut le conduire vers des situations critiques...

Les troubles alimentaires

Anorexie, boulimie, ou autres troubles du comportement alimentaire... on en parle souvent parce qu'ils sont malheureusement fréquents et qu'ils peuvent être difficiles à prendre en charge. L'anorexie, par exemple, touche en moyenne neuf filles pour un garçon et se révèlent souvent entre 12 et 20 ans.
La boulimie se traduit généralement par des pulsions pour manger sans avoir faim, en grande quantité, et en cachette. Il arrive que la jeune fille se fasse ensuite vomir. Ce trouble entraîne une fatigue générale, des crampes, et à la longue des lésions à l’œsophage, mais aussi des dents en raison de l'acidité remontant de l'estomac. Il peut se produire une alternance de phases boulimiques et anorexiques.

Les adolescentes anorexiques font du désir de maigrir leur obsession principale. Elles diminuent la quantité de nourriture mangée et écourtent voire évitent les repas le plus possible. Certaines patientes ne perçoivent pas leur corps tel qu’il est, et nient une maigreur avancée, ce qui complique le traitement. Lorsque la dénutrition présente un risque vital, une hospitalisation s’impose.
L’alcool, le tabac et les drogues

Boire en soirée, fumer un pétard, apparaissent aux yeux des adolescents comme des éléments banals pour s’amuser. Les risques d’excès et de dérives ne sont parfois pas loin, mais le sujet reste délicat à aborder pour les parents qui n’y assistent pas directement.
La situation dérape quand on boit pour se saouler à en être malade, et le jeune prend la voiture en état d’ébriété.
A la longue, le jeune risque de se "désocialiser", d'avoir une vie marginalisée. Les parents et les proches ne doivent pas avoir peur d'aborder le sujet avec l'adolescent et l'inciter à se faire aider pour sortir de cette situation. Bien entendu, les chances de succès d'une prise en charge augmentent, si le jeune lui-même décide d'aller consulter. Mais il ne faut attendre ce "déclic" pour commencer à agir...

La dépression et le suicide

Chez les jeunes, une dépression peut se manifester par des comportements cachés qui ne sont pas toujours faciles à identifier par les parents, l'adolescent ayant tendance à être plus indépendant, et commence à mener- en quelque sorte - sa propre vie. Des signes en apparence assez peu alarmants peuvent indiqués un profond mal-être, comme le mutisme, des insomnies, l'absentéisme scolaire, des explosions en pleurs sans motif apparent.
Le stade extrême de cette dépression peut déboucher brutalement sur le suicide. Trop de choses à gérer, les difficultés scolaires, les déceptions sentimentales, le conflit avec les parents, l’angoisse de l’avenir conduisent parfois à la volonté que tout s’arrête.

La schizophrénie

Elle se déclare souvent chez le jeune adulte, à la sortie de l’adolescence, au moment où l’on finit ses études et on envisage son avenir professionnel. La vie quotidienne devient difficile pour une personne schizophrénique, le rapport aux autres, prendre des décisions, contrôler ses émotions.

Les symptômes de la schizophrénie se définissent par des hallucinations, des voix dans la tête, des accès de paranoïa, des troubles de la cohérence du langage et du raisonnement. Des signes plus diffus sont la démotivation, le repli sur soi, des troubles psychomoteurs.
Les causes de la schizophrénie sont difficiles à déterminer de façon tranchée. Il y aurait une part de génétique et un rôle de l’environnement familial. A noter qu'une consommation de hashish pourrait "accélérer" la survenue de cette maladie.

Nos conseils


Voici quelques indicateurs à prendre en compte :

 


> Un repli anormal sur soi, pas de sortie, pas d’ami,

> Une chute durable des résultats scolaires et un absentéisme,

> Une profonde et constante dévalorisation de soi,

> Des accès violents, des fugues,

> Des problèmes d'argent (peut-être liés à l'achat de drogues),

> Une perte de poids rapide et importante, surtout chez les adolescentes.

Source : Au Féminin