Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 21 novembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Maman Petite enfance Il fait pipi au lit

Maman > Petite enfance

Publié mercredi 16 juin 2010 00:00 8719 Lectures

Il fait pipi au lit

Imprimer

Pourquoi ? Suis-je responsable ? L’énurésie nocturne est un problème banal car 10% des enfants de plus de 5 ans en souffrent et pourtant quand on y est confronté, on sait rarement comment réagir…

1 - Quand peut-on parler de "pipi au lit" ?


On parle d’énurésie ou de pipi au lit après 5 ans et parfois 6 ans pour les retardataires. En effet avant cet âge, les sphincters qui permettent de fermer la vessie ne sont pas totalement matures donc inutile de s’inquiéter. D’ailleurs 10 % des enfants entre 5 et 10 ans font encore pipi au lit occasionnellement.


2 - Est-ce héréditaire ?


Oui, mais pas toujours, la prédisposition familiale à l’énurésie est incontestable et on sait qu’un enfant dont le père a été énurétique enfant a beaucoup plus de chances qu’un autre de l’être. Mais pas de panique, cela peut être également une bonne façon de rassurer l’enfant. En effet, s’il sait que papa faisait aussi pipi au lit et qu’il s’en est sorti, cela peut aider.


3 - Les causes sont-elles psychologiques ?


Dans 85 % des cas, c’est une énurésie primaire : c’est-à-dire que l’enfant n’a jamais été propre auparavant et dans la plupart des cas, les causes sont alors physiologiques. Lorsque l’énurésie est secondaire - l’enfant a été propre durant plus de 6 mois consécutifs - alors ce sont plus souvent des causes psychologiques qui sont responsables : déménagement, arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur, divorce…


4 - Dois-je l’emmener voir le médecin ?


Entre 5 et 6 ans, si le problème est rare, contentez-vous de donner confiance à votre enfant. En revanche si cela persiste, vous l’aiderez en l’emmenant consulter un pédiatre qui pourra vous donner les meilleurs conseils pour passer ce cap tout en douceur et en pleine confiance !

5 - Quelle attitude adopter ?


La seule bonne attitude à avoir si un enfant salit ses draps la nuit est la "positive attitude". Punir, gronder ou humilier l’enfant n’est jamais une bonne idée car il n’est pas responsable de son trouble. Pour l’aider à surmonter ce moment difficile, mettez-le en confiance, encouragez-le à se prendre en charge sans oublier de lui tenir la main.

6 - Puis-je utiliser des sous-vêtements de nuit spécifiques ?


Il est bien entendu possible d’utiliser des sous-vêtements plus adaptés à la situation. Certaines marques ont prévu des changes qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à de véritables sous-vêtements d’enfants. De quoi partir en colonie, dormir chez un copain et passer des nuits sereines.

7 - J’ai entendu parler d’une alarme, comment ce système fonctionne t’il ?


Le système pipi stop est adapté à certains enfants. C’est une alarme qui réveille l’enfant dès qu’il commence à uriner. Une sonde est installée dans la literie ou une couche spéciale. Éveillé par l’alarme, l’enfant peut alors aller terminer d’uriner aux toilettes.

8 - Existe-t-il des médicaments efficaces pour soigner le pipi au lit ?


Il existe un médicament utilisé dans certains cas : la desmopressine. Celui-ci n’est pas sans effets secondaires et il ne sera pas utilisé en premier recours. Il est néanmoins d’une aide précieuse dans certains cas, si les autres solutions n’ont pas fonctionné, parlez-en au médecin. Les antidépresseurs tricycliques autrefois utilisés dans l’énurésie ne le sont plus en raison de leurs effets secondaires.

Quand s’inquiéter ?


Entre 2 et 5 ans, presque tous les enfants deviendront naturellement propres. Au fil du temps, la maturation des mécanismes de la continence permet de contrôler la miction. Alors inutile de s’inquiéter trop tôt si votre enfant n’arrive pas à "se retenir" la nuit.  Les signes qui doivent vous amener à consulter.


Vers 18 mois, l’enfant sait signaler que sa couche est mouillée. Entre 20 et 30 mois, il est propre pendant la journée, et entre 30 et 40 mois, avec l’aide de ses parents, propre la nuit. Puis il devient propre de façon autonome. Quelques accidents nocturnes sont possibles et sûrement pas dramatiques… Ainsi encore un enfant sur deux entre 3 et 4 ans fait pipi au lit, et c’est parfaitement normal !

Au-delà de 5 ans (et avant 12 ans), 11 %, soit un peu plus d’un enfant sur dix a encore des difficultés de maîtrise de ses mictions. Et il n’est pas question aujourd’hui de se contenter d’un "ça va passer en grandissant" parce que l’on sait que le problème ne se résout pas toujours seul : 1 % des enfants énurétique le resteront à l’âge adulte… Par ailleurs, faire pipi au lit peut être un véritable handicap social, à sa petite échelle  grande pour lui !).

L’énurésie nocturne primaire isolée, le classique "pipi au lit", fait le gros bataillon des troubles urinaires de l’enfance. Sa définition est consensuelle : l’enfant énurétique est plutôt un garçon, de plus de 5 ans qui n’a jamais été propre pendant son sommeil. Il a par ailleurs acquis le contrôle de ses mictions la journée dans des délais normaux.


Des rythmes à respecter


Avant de s’inquiéter et de consulter, mieux vaut s’assurer que l’enfant fait pipi correctement, et en particulier dans la journée. Autrement dit, il doit ne pas trop se retenir et demander à aller aux toilettes dès que le signal de "trop-plein" se manifeste, sans attendre le dernier moment. Puis s’installer correctement, les jambes non entravées par la culotte ou le pantalon, pour faire pipi sereinement jusqu’à la dernière goutte. A prévoir, des mouchoirs en papier pour s’essuyer, car à l’école les toilettes sont parfois sommaires. Cinq à six pauses pipi dans la journée est une bonne moyenne.

Il est conseillé de boire de l’eau régulièrement, pour nettoyer le système de vidange que constitue le rein et la vessie, inutile de lui donner à boire avant le coucher : certains enfants ont du mal à s’éveiller la nuit ou fabriquent trop d’urines pendant le sommeil.


Le moment de consulter


Si le problème perdure et que vous vous sentez perdre pied, il est temps de prendre son petit souci à bras le corps, sans dramatiser.
Première raison de consulter, ses pipis au lit nuisent à sa vie sociale : il n’ose pas aller dormir chez un copain, il n’envisage même pas la colonie de vacances de ses rêves… En bref, il ne peut plus agir comme un enfant de son âge. Il est alors temps d’essayer de le sortir de ce cercle vicieux.
Seconde bonne raison d’aller voir votre médecin de famille : il est perturbé psychologiquement. Il en parle beaucoup ou au contraire s’en cache, il pleure sans raison ou pour une raison qu’il pense inavouable, il semble avoir un problème  à l’école ou un gros changement vient de se produire dans sa vie… Il faut alors ne pas laisser perdurer la situation.

Pipi au lit : 10 solutions pratiques


Le petit dernier fait encore pipi au lit ? Avant de s’inquiéter ou de dramatiser, avez-vous pensé à quelques astuces pratiques pour tenter de désamorcer le problème et surtout lui faciliter la vie ?


1 - Il faut boire beaucoup, personne ne remet en question cette affirmation. Mais il est totalement inutile de boire juste avant de dormir. Privilégiez des apports en eau nombreux dans la journée jusqu’au goûter puis diminuez les quantités en évitant définitivement le grand verre d’eau au coucher.


2 - Faire pipi juste avant d’aller dormir !  Eh oui, cela paraît évident mais il n’y pense pas toujours, envoyez-le aux toilettes juste au moment du coucher et s’il lit quelques minutes et qu’il n’est pas encore endormi quand vous allez lui dire bonne nuit, faites-le à ce moment là.


3 - Une petite veilleuse allumée dans la chambre peut lui permettre de se lever plus facilement pour aller faire pipi. Il en existe des dizaines toutes aussi rigolotes qu’adaptées alors plus d’hésitations.


4 - Facilitez lui l’accès aux toilettes. Un couloir allumé, une porte ouverte, c’est tellement simple et ça peut lui éviter une appréhension au moment de se lever.


5 - Un pyjama ou une chemise de nuit adapté sont de mise. Déjà pour lui faciliter le déshabillage aux toilettes. Et puis, si vous lui laissez un change simple à portée de main, il prendra l’habitude d’ôter lui même son pyjama sale pour en mettre un autre.


6 - Proposez lui de laisser un pot de chambre à côté de son lit. Sans l’infantiliser, si ça le rassure, il n’y a aucune raison de ne pas accéder à sa demande.


7 - De même sans rien imposer, pour lui faciliter la vie ou lui permettre de dormir au sec, proposez-lui des sous-vêtements de nuit adaptés à son âge et à sa problématique. Que ce soit plus fréquent ou exceptionnel pour dormir chez un ami, elles peuvent lui rendre un véritable service. En revanche ne l’obligez pas.


8 - Une jolie corbeille à linge sale à portée de sa main, que ce soit directement dans sa chambre ou facilement accessible dans la salle de bains, lui permettra de se prendre en charge lui même et de déposer ses affaires sales au petit matin en toute simplicité, sans avoir à aborder le problème avec quiconque.


9 - Une nuit confortable peut passer par de petits gestes simples : un verre d’eau à portée de sa main par exemple. N’hésitez pas à lui demander ce dont il a besoin et à accéder à ses demandes raisonnables évidemment.


10 - Et s’il doit dormir chez de la famille ou des amis  ? Un petit mot adressé aux parents qui l’accueillent pourra faire toute la différence. Les prévenir lui évitera une éventuelle humiliation et le mettra en confiance pour toutes les prochaines fois !