Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mercredi 24 juillet 2019

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Maman Nouveau né et Nourrisson

Maman > Nouveau né et Nourrisson

Publié dimanche 3 juillet 2011 18:18 3782 Lectures

Ce que l’on entend par « développement psychomoteur »

Imprimer
Les capacités de bébé se développent à vitesse grand V dès la naissance. A l’âge adulte, nous n’apprenons pas tous les mêmes choses, nos acquisitions ne sont pas stéréotypées, et personne ne peut préjuger de ce que sera la prochaine compétence qu’un individu va acquérir (heureusement, d’ailleurs !). Cependant, il en est autrement dans les premiers mois de vie. D’abord, la vitesse d’apprentissage de l’enfant est plus grande que celle de l’adulte, ensuite l’ordre dans lequel s’enchainent les compétences qu’acquiert bébé est le même pour tous, à quelques exceptions près.
Entendons nous bien, c’est l’ordre d’apprentissage qui est prévisible, mais on observe de grandes disparités dans les durées des différentes étapes de développement. Dans ce dossier, l’âge d’acquisition que l’on indique pour telle ou telle compétence est en fait une moyenne qui sert de repère, certains bébés apprendront donc un peu plus vite ou un peu plus lentement.
Bien souvent, les parents détectent assez tard les anomalies de développement psychomoteur de leur enfant. Pourtant, plus le diagnostic est tôt, plus grandes sont les chances pour l’enfant de limiter ce retard, voire de le rattraper dans certains cas. On trouve aussi des parents affolés alors que leur enfant a un développement tout à fait normal.

Dans  « psychomoteur », il y a ? :


Psycho : Cela relève de l’ensemble des acquisitions intellectuelles, affectives ou sensorielles de bébé. Le langage, le jeu, des éléments déterminants pour l’épanouissement de bébé et son entrée en douceur dans l’étape de l’enfance.
Moteur : Le tonus musculaire d’un nouveau né n’a rien à voir avec celui d’un adulte. La transition entre ces deux étapes permet à bébé de marcher, de manipuler des objets avec de plus en plus de finesse, ce qui est capital pour le minimum d’autonomie que requiert l’étape de l’enfance qui l’attend.