Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | jeudi 14 décembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Maman grossesse

Maman > Grossesse

Publié mardi 15 décembre 2015 07:09 4095 Lectures

Enfants : je veux choisir le sexe de mon futur bébé

Imprimer

Bien souvent nous ne sommes pas heureuses de notre sort : nous avons les cheveux bouclés nous les voulons lisses, nous avons les yeux marrons il nous les faut bleus…et vice versa.

Il en va ainsi pour des choses futiles comme notre look, comme de choses qui le sont moins comme le sexe de nos enfants. Filles ou garçons, là aussi nous voulons avoir notre mot à dire, mais est-ce possible ?

Il y a des domaines où seul Allah devrait décider, mais apparemment certaines familles pensent qu’elles ont le droit d’intervenir.

1-Le sexe du futur bébé, depuis toujours une affaire de famille
Dans notre société patriarcale, depuis toujours les familles, mais surtout le père et la belle- mère, ont voulu imposer leur volonté dans le choix du sexe du bébé, et bien sûr ils voulaient à tout prix des garçons. Evidemment leurs souhaits n’étaient pas toujours exaucés, et ce sont les épouses, les malheureuses, qui subissaient alors le courroux de la belle- famille, mari en tête. Nombreuses sont celles qui ont été répudiées parce qu’elles ne donnaient pas de garçons.

2-Un retour à la raison
De nos jours, et depuis le retour de piété que nous connaissons depuis les années 90, nos compatriotes comprennent et admettent que le sexe de l’enfant n’est pas de notre ressort mais de celui d’Allah. Il faut s’en remettre à Lui pour ce choix très délicat, car seul lui sait ce qui est bon pour nous. Parfois nous désirons ardemment des choses qui en réalité se révéleront mauvaises pour nous et le contraire est aussi vrai. Nous détestons des choses qui pourraient nous être très bénéfiques.
Pourtant de nombreux sont ceux qui persistent à vouloir choisir.


3-Les irréductibles
Certaines personnes veulent à tout prix choisir. Latifa, 36 ans, maman de trois garçons veut à tout prix une fille. «Avoir une fille, ce serait transmettre tout ce que ma mère m’a appris ; ce serait surtout des rires et le petit grain de fantaisie qui manque parfois aux garçons. »


Karima quant à elle veut donner un garçon à son mari après quatre filles, parce que celui- ci a un gros patrimoine à transmettre et qu’il veut que cela aille à son enfant plutôt qu’à un neveu ou à un frère.


Alors ces femmes, comme beaucoup d’autres femmes, cherchent des solutions :


-de tout temps les femmes ont eu recours à des remèdes de guérisseuses qui leur faisaient boire des potions, des tisanes…
Encore aujourd’hui, nombreuses sont celles qui vont se faire masser le bas ventre chez de vieilles femmes qui auraient le pouvoir de redynamiser la matrice, ou la remettre en place.


-avec les formidables progrès de la science, certains couples ont recours à des techniques très pointues telles que la sélection des spermatozoïdes. Les médecins sélectionnent un spermatozoïde X ou Y selon que le couple souhaite une fille ou un garçon, ils fécondent un ovule de la femme, et re-transplantent celui- ci dans l’utérus de Madame.


Cette technique, quasi infaillible donc, est surtout pratiquée aux Etats- Uni et de nombreux couples étrangers n’hésitent pas à faire le voyage jusque là- bas pour en bénéficier. Alors pourquoi pas des couples Algériens qui en auraient les moyens ?


-Le régime : C’est la technique qui a le plus fait parler d’elle ces dernières années, notamment parce qu’elle est très accessible au plus grand nombre de femmes.


Selon que l’on mangerait des aliments contenant plus ou moins de certains sels minéraux (calcium, magnésium…), on aurait plus de chance d’avoir une fille ou un garçon.


De nombreux médecins, même en Algérie, conseillent ce régime. Est-ce que cela marche ? Les avis sont très partagés. Celles qui l’on fait et qui ont eu ce qu’elles voulaient en vantent les mérites, les déçues disent que c’est n’importe quoi. Mais si l’on veut vraiment quelque chose, il faut se donner les moyens de parvenir à son but, alors pourquoi ne pas essayer, ce n’est qu’un régime après tout.


A vous maintenant de savoir si vous souhaitez laisser faire la nature ou si êtes prête à lui donner un coup de pouce.


Sonya