Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 21 novembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Maman grossesse Grossesse : petites fringales et grosses envies

Maman > Grossesse

Publié mercredi 30 juillet 2014 10:33 3646 Lectures

Grossesse : petites fringales et grosses envies

Imprimer
S’il est bien une période dans la vie d’une femme au cours de laquelle son entourage cède  à tous ses  caprices, c’est bien la grossesse. Et les principaux caprices d’une femme enceinte sont souvent d’ordre alimentaire ; elles ont à n’importe quel moment du jour et de la nuit des envies sucrées, salées, et parfois même acides !
Un jour elles ont une frénésie de fraises, un autre jour une passion pour le chocolat, un autre jour encore elles craquent pour des cornichons ! Mais comment expliquer ce besoin soudain de manger un aliment en particulier ? Comment expliquer que pendant la grossesse une femme a parfois envie de manger un aliment qu’elle s’interdisait jusque-là ?

Voici quelques éléments de réponse :

- Le bouleversement hormonal de la grossesse qui provoque un déséquilibre au niveau neurotransmetteur : les goûts changent et l'odorat se développe. Il suffit qu’un aliment sente mauvais selon la femme enceinte pour qu’elle l’élimine carrément de son régime alimentaire pendant cette période. L'attrait ou le dégoût pour un aliment en particulier (comme c'est souvent le cas du café) disparaît progressivement après la grossesse.

- Les troubles digestifs. Les nausées, mais aussi les remontées acides, se calment lorsque l'on mange souvent (d'où l'urgence pressentie parfois) et surtout des aliments qui ne dégoûtent pas et accélèrent la digestion. C'est par exemple le cas des épices comme le poivre, les agrumes et tous les aliments vinaigrés : moutarde, cornichons,... Les menus de fast-food possèdent aussi la particularité de se digérer très vite. D'où les fringales de cheeseburger à 22 h…

- L'instinct. Les futures mamans ont un penchant naturel pour les nutriments dont leur organisme aurait besoin. Par exemple, elles auraient plus envie de viande rouge en cas de carence en fer ou de laitages pour le calcium.

- Le déséquilibre émotionnel. La femme enceinte balance entre la joie de devenir maman, l'attente, mais aussi l'anxiété et la fatigue liées à cette nouvelle situation… Il y a aussi la peur de l'accouchement…Tout cela peut engendrer le besoin de se remonter le moral avec des aliments sucrés (le sucre ayant un effet positif pour le moral). Au-delà des fringales de pâtisseries et de chocolat, il arrive que les mamans se tournent vers des aliments réconfortants et en particulier ceux de leur enfance : biscuits, glaces et autres bonbons.

- Le ras-le-bol des régimes amincissants, bien des femmes considèrent la grossesse comme une parenthèse, un moment où elles ont le droit et même le devoir de se lâcher. Pour une fois, elles craquent sans culpabilité devant la vitrine de la boulangerie.

- L'envie de se faire du bien. La grossesse n'étant pas toujours toute rose et les interdits pesant sur le moral, certaines futures mamans se rencontrent sur les plaisirs de la table.

Toutefois, toutes ces explications ne doivent pas justifier que la femme enceinte ne respecte pas les recommandations faites par le médecin,  notamment celle de bien nettoyer fruits et légumes, et bien cuire la viande avant de les consommer (nourriture des fast-food !). De même, elle devra respecter le régime (encore lui !) prescrit par le médecin en cas de diabète gestationnel, ou tout simplement pour limiter la prise de poids au cours de la grossesse.

Les légendes liées à la grossesse…

Contrairement à une croyance fermement ancrée dans les esprits des Algériens (et surtout des Algériennes !), les mamans qui ont succombé à leurs envies pendant la grossesse ne donnent pas plus naissance à des filles qu'à des garçons, à des bébés différents ou dotés de tâches sur la peau (angiome). Tous ces phénomènes n’ont aucun lien direct avec l’alimentation de la maman pendant la grossesse.

Quant aux régimes alimentaires spécifiques destinés à avoir une fille ou un garçon, leur efficacité est encore loin d’être prouvée.

En revanche, le fœtus ayant déjà dans le ventre de la maman le sens du goût bien développé, il est possible que devenu adulte il ait un avis très tranché sur le plat favori que vous lui aurez servi pendant neuf mois…

Sonya