Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | vendredi 22 novembre 2019

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Cuisine cuisine + Afia lance son Festival Maidat Bladi

cuisine +

Publié dimanche 26 janvier 2014 08:33 3561 Lectures

Suivez la route des épices !

Imprimer
Qui n’a jamais entendu parler de la route des épices, celle découverte par hasard par Christophe Colomb lors de ses grandes expéditions entreprises au cours du quinzième siècle ? Cette route, tracée à travers mer bien sûr, mène vers l’Inde, le pays aux mille et une saveurs.

C’est de là qu’est rapporté entre autres le poivre, épice indispensable pour assaisonner les plats à base de viande et de volailles. En effet, à cette époque, il n’y avait aucun moyen de conserver les viandes. Or, celles-ci se dégradaient vite, et arrivaient sur les tables des seigneurs déjà à peine consommables. Il fallait donc camoufler les odeurs et les goûts à peine soutenables de ces plats en pleine décomposition.

Mais en arrivant en Inde, Christophe Colomb découvrit de nombreuses autres épices qu’il allait ramener en Europe et dont l’usage se répandit partout en Europe et tout autour du bassin méditerranéen, et notamment en Algérie. Il ne faut pas oublier que le port d’Alger est l’un des plus importants de la région, et que les marchandises lui parviennent de partout dans le monde, amenant toutes sortes d’influences, notamment gustatives.

Très vite donc, nos aïeules adoptèrent ces nouvelles saveurs : le poivre bien sûr, mais aussi la cannelle, le gingembre, le paprika doux et piquant, le safran, le curcuma, les clous de girofle, et encore beaucoup d’autres.

Les goûts et les couleurs ont eu tôt fait de séduire les cuisinières de notre pays qui avaient et ont toujours à cœur de varier les plats qu’elles proposent à leurs familles.

Avec la mondialisation de l’économie et la rapidité des échanges qui en résulte, nous retrouvons sur nos étals des épices provenant du monde entier. D’Inde toujours, mais aussi de plus en plus d’Asie.

Avec l’ouverture de la Chine sur le monde, nous découvrons de nouvelles épices, de nouveaux condiments, de nouveaux horizons gustatifs.

Dès lors, il n’est pas rare de trouver dans les hypermarchés des rayons spécialement dédiés à la cuisine asiatique : de la sauce soja, du nuoc mam, du wasabi,… Autant de produits qui étaient complètement étrangers aux Algériens et avec lesquels ils se familiarisent tout doucement, notamment sous l’influence des émissions de cuisine étrangères qui leur expliquent comment les utiliser.

Qui sait ? Peut-être un jour les Algériens se délecteront d’épices et de condiments venus de Russie, d’Australie ou encore de Mongolie. Ce qui est sûr, c’est que nos cuisinières ont su intégrer avec brio ces goûts à la cuisine traditionnelle algérienne, sans la dénaturer, mais au contraire en lui donnant un nouveau souffle.

Sonya