Découvrir algerielle en version

Algérielle en Arabe

Algérielle en Arabe | mardi 21 novembre 2017

Pas encore membre d'algérielle ? |
Connexion
Accueil Couple Vie de couple Facebook, une nouvelle source de séparation

Couple > Vie de couple

Publié lundi 22 novembre 2010 13:53 7077 Lectures

Les secrets du coup de foudre

Imprimer
« Le seul amour véritable est le coup de foudre, le second regard rompt le sortilège » A la recherche de sa moitié perdue…
Par coup de foudre, on entend la « trouvaille suprême » : celle du prince charmant que l’on attendait depuis l’époque où on regardait en boucle et dans le désordre Cendrillon, La Belle au bois dormant et Blanche Neige. Si Walt Disney a bien exploité le filon et a rendu des millions de femmes malheureuses à cause d’une réalité quotidienne nettement moins féerique, il n’en demeure pas moins que le concept de moitié idéale puise son origine dans l’antiquité.
Dans Le Banquet de Platon, le célèbre comédien de l’Antiquité Aristophane raconte qu’il fut un temps où les hommes n’avaient pas la même forme qu’aujourd’hui. C’étaient des êtres doubles qui avaient à la fois un sexe féminin et un sexe masculin. Ces êtres étaient très forts et très orgueilleux : un jour ils décidèrent d’escalader le ciel afin de s’en prendre aux Dieux. Pour les punir et les affaiblir, Zeus les coupa en deux. Depuis, chaque moitié (homme et femme) regrette sa moitié et veut s’unir à nouveau à elle. Chacun d'entre nous est la moitié complémentaire d'un être humain, puisqu'il a été coupé : un seul être en produisant deux. Nous sommes donc sans cesse en quête de notre moitié complémentaire. Selon Aristophane, chaque fois que le hasard met sur le chemin de chacun la partie qui est la moitié de lui-même, tout être humain est alors frappé par un extraordinaire sentiment d'affection, d'apparentement et d'amour. Et c’est ainsi qu’est née la légende du coup de foudre…

Le coup de foudre, une affaire sociologique
Une étude a démontré que 45% des couples sont formés de conjoints provenant du même milieu et 69% de milieux voisins. Et ces statistiques s’appliquent aussi au coup de foudre… Mais comment expliquer que l’on se trouve plein d’affinités avec une personne que l’on connaît depuis 2 minutes ? La vérité est cruelle pour les romantiques mais, lors d’une rencontre, on reconnaît spontanément chez une personne des signes connotés positivement dans le milieu duquel on est issu. On est attiré et séduit, inconsciemment, par des choses aussi terre à terre et superficielles qu’un coupe de cheveux, une veste bien coupé ou une allure distinguée. Et oui, il y a dans le coup de foudre plus de détermination et d’expérience sociale que de magie.

Les hormones, les véritables responsables du coup de foudre

Quand on définit le coup de foudre, on se concentre toujours sur des manifestations physiques : sueurs, palpitations, énergie débordante… Ce sont les phéromones qui sont à l’origine de tous ces troubles. Ces substances chimiques sont spécifiques à chaque sexe. Elles sont émises par les aisselles, le cuir chevelu, les organes génitaux… Notre organe voméronasal, situé dans le nez, perçoit ces phéromones à un mètre de distance.
Une étude de l’Université de Birmingham a mis en évidence le rôle des phéromones avec une expérience étonnante. Les chercheurs ont imprégné une seule chaise avec une phéromone masculine dans une salle remplie de chaises. Puis, ils ont fait entrer successivement 840 femmes qui devaient s’asseoir où elles voulaient. 810 ont choisi le chaise imprégnée de l’odeur masculine ou sur les 2 chaises latérales… Des hommes sont ensuite entrés dans la salle et ont tous évité ces mêmes chaises. Comme quoi, l e grand amour, on le sent venir de loin.